2 Juin 2017 - Usine de Gardanne - la CFE-CGC en intersyndicale demande qu'onse penche sur la valorisatio des boues rouges qu'elle juge "produits d'avenir"


La CFE-CGC en intersyndicale vient de publier une plaquette d’information sur l’usine de Gardanne d’Alteo ( 1.000 salariés), objet de sévères critiques lors des Présidentielles, liées à sa production de boues rouges.
Accusées d’être radioactives, toxiques, dangereuses, nocives pour l’environnement et la mer, ces boues rouges ont fait, selon cette plaquette, l’objet de multiples études scientifiques en collaboration avec les services de l’Etat qui concluent à leur innocuité. Parmi ces études, celle de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) qui confirme l’absence de risques sanitaires liés à la consommation de poissons de Méditerranée, qu’ils proviennent ou non de la zone de rejet d’Altea ou celle du CIRE-Sud / Santé Publique qui confirme elle aussi l’absence d’impact des résidus de bauxite sur la santé des riverains du site de stockage de Mange Garri.

 


La CFE-CGC a la volonté pour les législatives d’informer les Pouvoirs Publics, les politiques et le grand public sur la démarche concernant le marché applicatif de ces boues.
Elle rencontre actuellement les politiques locaux sur ce thème. Jeudi , François Hommeril lors d’une conférence à Marseille, a évoqué le sujet.

La CFE-CGC veut prouver que non seulement, ces boues rouges ne sont pas un produit dangereux, mais qu’en plus, elles sont un produit d’avenir utile en termes de dépollution des sols pour les métaux et pour la déphosphatation, mais aussi pour les matériaux de construction.

La CFE-CGC qui constate que la direction l'usine travaille en ce sens ,demande aux Pouvoirs publics de soutenir cette démarche et de l’animer

  • Apex
  • INPC