22 Juin 2015 - Roche : la CFE-CGC craint les conséquences sociales d'une préemption liée au Grand Paris

Roche Parma a l'un de ses deux établissements en France installé à Rosny-sous-Bois dans le 93. Celui-ci emploie 65 salariés. Mais cet établissement voit son avenir s'assombrir par une fermeture non encore programmée mais certaine.
Il se situe sur le tracé du projet Grand Paris. La zone industrielle sur laquelle, il est implanté, est reprise par la Société du Grand Paris, afin d'y construire un SMR (Site de Maintenance - Remisage), et un SMI (Site de Maintenance - Infrastructure) pour le passage de la ligne 15 Sud Est. Les travaux devraient commencer fin 2017, début 2018.

 

La CFE-CGC a demandé à la direction la réunion d'un comité central extraordinaire le 11 mai dernier pour discuter du projet de l'entreprise face à cet obstacle. Lors de ce CCE, la direction s'est engagée à revenir fin juin pour communiquer sa décision finale.

Les options sont soit une relocalisation de l'établissement, soit une sous-traitance de son activité, assise sur la chaine du froid. Observant que le type de distribution du site de Rosny-sous-Bois est externalisé dans les autres pays où le groupe Roche est installé, la CFE-CGC craint pour l'avenir des salariés du site, car elle estime que le groupe pourrait profiter de cette opportunité pour faire des économies si l'option sous-traitance est choisie.
Elle pense que le choix entre les deux options sera fait par Bâle.

Les délégués syndicaux de la CFE-CGC accompagnés de la représentante CFE-CGC Chimie de la branche Industrie Pharmaceutique ont su attirer l'attention des pouvoirs publics sur les risques pour l'emploi lors d'un rendez -vous interministériel organisé par le Ministère de l'Emploi et du Travail et le Ministère de l'Economie.

  • Apex
  • INPC