29 Septembre 2016 - Michelin : la CFE-CGC signe l'accord GPEC mais réclame plus de visibilité sur les emplois de demain

Michelin a annoncé une baisse d’effectif dans le cadre de la GPEC de l’ordre de 1000 à 1500 postes en France à Horizon fin 2018. La CFE-CGC signera le prochain accord GPEC, en précisant toutefois qu’il reste des efforts à fournir pour mieux anticiper les besoins en personnel, pour donner une meilleure visibilité aux salariés et pour leur permettre d'être réellement acteurs de leur parcours professionnel.
Le programme «Connexions» (contenu dans l'accord GPEC) a justement pour objet d'améliorer l'accompagnement des salariés, en facilitant les mouvements internes via une formation adaptée, complétée par des missions de préparation aux changements de poste.
La CFE-CGC veillera à ce que ce programme «Connexions» soit un véritable tremplin et non une salle d’attente aux fins d’absorber les «retards de gestion».
Le JOB posting, qui consiste à mettre en ligne les postes à pourvoir, est également de nature à permettre à chacun de mieux gérer son parcours, à condition que le portefeuille d’annonces soit significatif au regard du nombre de mouvements annuels prévisionnels. Ces mouvements devraient se situer demain au-delà des 1000 postes, c’est-à-dire 10 fois plus qu’aujourd’hui !

La CFE-CGC de Michelin a largement échangé avec la Direction du groupe sur les thématiques de gestion individuelle et collective, sur la formation professionnelle, la mobilité interne et externe et l’accompagnement des fins de carrières. Nous avons acté des avancées concrètes, en particulier pour ceux qui quitteront l’entreprise dans les prochaines années. Avec une pyramide des âges «enflée d’une population de seniors», l’entreprise doit gérer les sureffectifs et préparer au mieux sa restructuration.

Les changements d’orientation stratégique de Michelin à l’horizon 2020 (Client au centre des opérations, externalisation de certaines tâches, digital, décentralisation des activités, simplification des organisations et des processus, responsabilisation des personnels) ne sont pas traduits de façon compréhensible à ce jour en terme de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. Face au silence de la Direction sur le profil des emplois de demain, la CFE-CGC demande à travailler directement avec les responsables métiers et les directeurs de compétences pour appréhender au mieux l'avenir du site et de ses salariés.

  • Apex
  • INPC