5 Avril 2017 - CECA : La CFE-CGC veut protéger le pouvoir d’achat des salariés dans le cadre du projet d’intégration de CECA par ARKEMA

Depuis le 1er avril, l’entreprise CECA SA ( 330 salariés) est intégrée à Arkema France. Son usine-phare à Honfleur passe dans le périmètre du groupe chimique ARKEMA France.

Pour ce transfert, le principal sujet de discussion entre la Direction et la CFE-CGC porte sur le montant de la participation des salariés de CECA qui variait jusqu’à présent de 1 mois de salaire pour les cadres à 3 mois de salaires pour les salariés les plus modestes soit environ 4000 euros. D’autant qu'à la suite de la vente de la partie charbon actif de CECA à Chemviron, la participation de 2016 pour les salariés de CECA doit être exceptionnellement multipliée par trois ( équivalent de 3 ans de participation) mais sera aussi la dernière participation. Chez Arkema France, les salariés ne reçoivent pas de participation.

Les négociations sur ce sujet vont donc commencer le 18 et le 19 avril.
La CFE-CGC veut absolument protéger le pouvoir d’achat des salariés, participation incluse, lors du basculement vers Arkema France.
La Direction a l’intention d’intégrer une partie de la participation dans la prime d’ancienneté et dans les salaires qui sont meilleurs chez Arkema France.
L’accord d’intéressement signés cette année pour les années 2017, 2018 et 2019 permettra au personnel de CECA de récupérer environ 1400 euros par an.

De plus, au 1er avril, le Siège Social de CECA deviendra Etablissement du Siège Social ARKEMA France à Colombes. Tous les mandats des élus de l’ex Siège Social de CECA tomberont.
Les élus CFE-CGC majoritaires n’auront plus de CE ni CHSCT.
Les négociations seront en conséquence gérées par les syndicats ARKEMA France dont la CFE-CGC est le 2ème syndicat avec plus de 30%.
La CFE-CGC ARKEMA France défendra donc les intérêts avec les ex élus de CECA.

  • Apex
  • INPC