5 mai 2017 - Arc France ( 5000 salariés) : la CFE-CGC demande à l’actionnaire d’injecter de l’argent dans l'entreprise

La CFE-CGC d’Arc France salue les efforts massifs des salariés, ouvriers agent de maitrise et cadres et se réjouit que les fours tournent désormais à plein régime dans l’entreprise et que la fabrication du verre opale soit saturée.
En revanche, elle regrette que la baisse sensible des prix, nécessaire pour pénétrer de nouveau le marché, ait annulé la quasi- totalité des gains de productivité d’Arc France et que la modernisation du site ainsi que l’automatisation de l’emballage n’aient pas été réalisées. De ce fait, les coûts de fabrication d’Arc sont supérieurs à l’attendu.
Arc doit emprunter via des fonds souverains russes à des taux usuriers ! sans pouvoir bénéficier de la totalité des sommes nécessaires!

La CFE CGC adresse ses sincères remerciements à l’Etat et à la Région qui ont déjà soutenu la reprise du groupe. Elle estime que maintenant, c’est à l’actionnaire de réinjecter de l’argent pour soutenir le développement du groupe. Elle appelle l’Etat à aider à emprunter pour moderniser le site, ou au minimum à offrir la possibilité de bénéficier d’un prêt relais car l’urgence aujourd’hui, c’est le cash : l’argent liquide nous permettant de payer fournisseur et salaire en attendant le deuxième semestre et le paiement des clients.

La CFE-CGC ne peut pas et ne doit pas admettre que seule, la difficulté à emprunter puisse mettre en danger une entreprise qui est profitable et qui emploie plus de 5000 salariés. Les difficultés financières chroniques provoquent chez les salariés un stress négatif dont on connait malheureusement les conséquences néfastes sur la santé. L’encadrement est particulièrement touché par cette problématique.

  • Apex
  • INPC