2 Juin 2017 - Recticel - la CFE-CGC s'apprête à signer un accord sur les forfaits jour

Le spécialiste de la mousse en polyuréthane Recticel est actuellement en train de négocier un accord de forfaits jours pour son encadrement. Dans cette discussion, la CFE-CGC est l’interlocuteur principal.
La négociation sur les forfaits - jours a commencé il y a deux mois et devrait se terminer le 15 juin prochain par une signature du syndicat constatant l’amélioration de l’équilibre temps de travail/ temps de repos.

Chez Recticel, le texte sur les forfaits- jours datait de 1999, année de la mise en place de la réduction du temps de travail à 35 heures. Mais à la suite des récentes modifications de la loi travail ( prise en compte du burn-out et limitation de l’amplitude horaire) et de celles de la loi Macron (déconnection numérique) , il a dû être revu. La CFE-CGC a donc réintroduit dans le texte une adaptation des nombre de jours de repos supplémentaires aux calendriers réels, une amplitude du temps de travail plus petite, une obligation de repos hebdomadaire de 48 heures au lieu des 35 heures actuellement inscrites dans le code du travail ( y compris le dimanche), une approche de la déconnexion numérique pour que l’encadrement puisse être vraiment en vacances, ainsi qu’une surveillance médicale pour les salariés en forfaits-jours..La CFE-CGC s’est appuyée dans sa méthodologie sur le guide confédéral intitulé "pour négocier votre accord de branche sur les forfaits- jours ».


Pour la CFE-CGC, le point le plus difficile est le suivi de présence de l’encadrement à l’intérieur de l’entreprise. Chez Recticel, a été fait le choix d'une auto-déclaration de présence de chaque membre de l’encadrement, validée mensuellement par la hiérarchie de l’entreprise.

  • Apex
  • INPC