3 Octobre 2017 - Quel avenir pour le site Boehringer Ingelheim de St-Herblon ?

La direction de Boehringer Ingelheim vient d’annoncer ce jour, lors d’un CCE et d’un CE, la cession de son site de Saint Herblon (Loire-Atlantique). Ce site cinquantenaire emploie 111 salariés et a développé au fil des années une expertise dans la fabrication des seringues intra-mammaires ainsi que des formes buvables, poudres et injectables.

Après 2 ans d’intégration Merial et 1 an d’intégration Boehringer Ingelheim, le chiffre d’affaire est en berne, faute de force de vente dédiée à l’export, et en l’absence de stratégie pour la gamme et sans apport de nouveaux produits.

De plus le transfert de la fabrication des injectables à Toulouse a fragilisé le site et conduit à l’explosion des prix de revient de la gamme injectable.

Dans le cadre de la commission anti-trust, Boehringer Ingelheim a dû céder la majeure partie de sa gamme anti-inflammatoire chez nos clients : Genixine/Wellicox/Ketofen.

C’est donc avec un fort sentiment d’amertume et d’immense gâchis que la CFE-CGC a pris acte de la décision de vendre le site, et s’interroge sur son avenir.

La CFE-CGC demande des garanties sur les sujets suivants :
• Le choix d’un repreneur avec un projet stratégique de pérennité et d’investissements pour le site,
• La reprise de l’ensemble des salariés,
• Le maintien des acquis sociaux (Mutuelle, épargne salariale, RTT, etc…),
• Le versement d’une prime de cession par Boehringer Ingelheim.

La CFE-CGC compte peser dans les discussions à venir, dans un dialogue constructif tourné vers l’avenir du site et ses salariés.

  • Apex
  • INPC