Communiqués de presse

Mardi 30 septembre 2014, la Cour administrative d'appel de Versailles a invalidé l'accord sur les mesures d'accompagnement du plan social engagé par Sanofi R&D pour restructurer ses activités de recherche et de développement en France.

Ce rendu annule cet accord au motif de la non-conformité administrative des mandats des signataires CFTC.

L'hiver dernier, l'équipe d'Arnaud Montebourg avait aidé la CFE-CGC à trouver un repreneur fiable pour Kemone ( 1200 salariés) , avec une volonté d'investissement.
Aujourd'hui, il reste à la nouvelle équipe du ministre Emmanuel Macron à boucler cette affaire.

Cela fait plusieurs années que la CFE-CGC attendait un ballon d'oxygène sur le site de Chalampé ( un millier d'emplois dans le Haut-Rhin) et c'est avec une certaine satisfaction qu'elle a appris en début d'année 2014 qu'un investissement de plusieurs millions d'euros allait être réalisé sur place, après un accord entre SOLVAY ( 6500 salariés en France) et Invista. Mais cette satisfaction a laissé place rapidement à une espèce de doute. Car une des conditions de cet investissement a été le transfert au 1er octobre 2014 des 304 salariés de Rhodia qui exploitaient Butachimie.

 

Où en sont les négociations sur le Pacte de responsabilité dans nos branches professionnelles ? 

  •  Industries chimiques : pas de signature CFE-CGC

Après l'annonce prématurée de la signature du pacte de responsabilité dans la Chimie par le président de la république lors de son allocution télévisée du 14 juillet, la Fédération a décidé de ne pas cosigner le pacte avec la CFDT (31%) et la CFTC (7,8%) et en a exprimé les raisons le 17 juillet dans un communiqué de presse. En effet les chiffres annoncés pour le niveau de recrutement dans la branche s'établit dans l'accord à 47 000 salariés pour la période de 3 ans 2015-2017 ce qui correspond en fait au « fil de l'eau » aux recrutements des dernières années. De plus, malgré un certain nombre de propositions intéressantes sur la promotion de l'alternance en accueillant 5 000 jeunes par an d'ici 3 ans (4 200 actuellement), sur les modalités d'intégration et d'accueil des jeunes dans l'entreprise, sur l'offre de stages y compris à l'étranger, sur des actions en faveur des salariés âgés permettant de transmettre les compétences, nous avons considéré que le compte n'y était pas en contrepartie des aides annoncées et compte tenu de l'illisibilité, pour les partenaires sociaux, des contreparties du CICE dans les groupes chimiques concernés. L'accord lui-même ne porte pas le nom de « Pacte de responsabilité » mais de « Accord relatif à l'emploi et au contrat de génération dans les industries chimiques » et est un peu un « inventaire à la Prévert » des bonnes pratiques de la branche dans ces domaines. Il n'est bien entendu pas question de s'y opposer.

Lundi 1er septembre, le comité d'entreprise d'Arc International a été convoqué en réunion informelle sur le processus d'adossement de la société Arc International.
La société H.I.G Capital France a signé avec Arc International une clause d'exclusivité pour acquérir la majorité du capital de l'entreprise à condition que le site verrier d'Arques soit classé en "site amiante" .

 

  • Apex
  • GROUPE WYV
  • AESIO rvb
  • NEW LOGO OCIRP
  • Logo apgis