Communiqués de presse

Un accord majoritaire de mutation de l'emploi a été signé chez Boiron à l’unanimité des organisations syndicales. Il accompagne les mutations suivantes: 78 personnes subissent des modifications de contrat de travail et ont le choix entre suivre l' activité de certaines préparations magistrales qui changent d’établissement en modifiant leur localisation géographique ou changer de métier et 38 postes sont supprimés quoique leur impact soit modéré par la création de 18 postes.
Cet accord comporte des mesures d’accompagnement pour les modifications de contrat et pour les suppressions de postes de 2017 à 2019 qui concernent surtout le personnel d’encadrement .

La CFE-CGC d’Arc France salue les efforts massifs des salariés, ouvriers agent de maitrise et cadres et se réjouit que les fours tournent désormais à plein régime dans l’entreprise et que la fabrication du verre opale soit saturée.
En revanche, elle regrette que la baisse sensible des prix, nécessaire pour pénétrer de nouveau le marché, ait annulé la quasi- totalité des gains de productivité d’Arc France et que la modernisation du site ainsi que l’automatisation de l’emballage n’aient pas été réalisées. De ce fait, les coûts de fabrication d’Arc sont supérieurs à l’attendu.
Arc doit emprunter via des fonds souverains russes à des taux usuriers ! sans pouvoir bénéficier de la totalité des sommes nécessaires!

« L’absence de certitudes, compte tenu des connaissances du moment, ne doit pas empêcher l'adoption de mesures effectives visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles pour notre pays ». Tel est le principe de précaution que la CFE-CGC Chimie recommande d’appliquer dès dimanche, lors du choix donné à ses sympathisants, pour le deuxième tour des élections présidentielles.

Le populisme ne propose que des messages à l’emporte-pièce, faciles à entendre et simplistes, à ceux qui renoncent à tout esprit critique. Et l’esprit critique est la base même de notre syndicalisme.

 RLD est une entreprise de prestation de services pour la location de linge et entretien dont le siège est situé à Paris et qui emploie environ 2000 salariés dans toute la France, en majorité des femmes, répartis sur 32 sites.
Compte tenu de la moyenne d’âge des salariés qui est de 45 ans et des nombreux emplois pénibles de cette société ( beaucoup de maladies professionnelles se développent au niveau des bras, des épaules et du dos à cause des ports de charges), la direction a demandé à la CFE-CGC ainsi qu'aux autres syndicats de négocier un accord de génération pour alléger le travail des salariés seniors de l’entreprise entre 50 et 57 ans et pour dégager des postes de tutorat afin d’accompagner les jeunes recrues ayant moins de 26 ans.
Cet accord, qui a fini d’être négocié mi -avril, concernera tous les sites. Le tutorat sera basé sur du volontariat. Il est actuellement à la DIRECTE et du Greffe du Conseil des prud’hommes du siège du groupe.

Les NAO viennent de commencer chez le chimiste allemand Brenntag ( 750 salariés sur la France repartis sur 18 établissements) depuis le 30 mars.
La CFE-CGC a déchanté car au démarrage la direction française a fait une proposition de quasi-gel des salaires, sous l’impulsion de la maison mère allemande qui s’appliquait à tous les établissements européens. Sous la pression syndicale, la direction est revenue avec les propositions suivantes :

• Salaires inférieurs à 1900 euros,: 1,2% d’augmentation en collectif
• Jusqu’à 2400 euros: 0,6% en individuel et 0,6% en collectif
• A partir de 2400 euros : 1,2% en individuel
• Au niveau du SMIC interne: différentiel de 50 euros avec le SMIC Brenntag soit 1600 euros au lieu de 1550 actuellement

La CFE-CGC est actuellement en phase de consultation auprès des salariés. Elle a prévu une réponse pour le mardi 19 avril .

  • Apex
  • INPC