Communiqués de presse

A la demande de la commission européenne, Dupont de Nemours est obligé de vendre 50% de son business agrochimique à la société américaine, FMC, pour que sa fusion avec Dow Chemical puisse se réaliser. Cette obligation est tombée en avril et Dupont se prépare désormais à céder en France une partie importante de son activité, qui pourrait concerner un peu plus de cent salariés.

L’information et la consultation du CCE de Dupont ont débuté en avril et la CFE-CGC a demandé l’ouverture de négociations pour discuter des modalités de transfert des salariés cédés à FMC ainsi que des accords sociaux de transition ( temps de travail, intéressement, participation etc. ) . Pour l’instant, la direction ne veut pas s’engager à la place du repreneur FMC. Elle a déclaré qu’elle allait transmettre les demandes de la CFE-CGC à ce dernier.

 

 

La CFE-CGC Chimie organise son congrès les mercredi 17 et jeudi 18 mai , sous l’égide de son Président Philippe JAEGER, à l’hôtel Normandy à Deauville.
Ce congrès doit entrainer les militants CFE-CGC « vers un engagement innovant ».
Il comportera un exposé sur la jeunesse et le syndicalisme avec la présentation d’un réseau d’échanges et de partage le jeudi 18 mai, ainsi qu’une table ronde sur «les nouveaux styles de management et la nécessaire évolution de l’action syndicale».

 

 

Fin mai, la CFE-CGC chimie devrait participer à la réunion de finalisation d’un accord groupe sur la pénibilité, qui comportera un volet à destination des cadres et des ETAM.
La CFE-CGC chimie est satisfaite que soit prise en compte dans cet accord la réduction de la pénibilité au-delà du cadre légal (avec ses dix facteurs, vibrations mécaniques, bruit, manutentions manuelles, agents chimiques dangereux...)
En effet, des objectifs ont été négociés en matière d'amélioration des espaces collectifs dans lesquels les salariés prennent leur pause, d'amélioration des conditions de travail dans les bureaux organisés en open space, de réduction de la pénibilité au quotidien des cadres commerciaux itinérants.

Un accord majoritaire de mutation de l'emploi a été signé chez Boiron à l’unanimité des organisations syndicales. Il accompagne les mutations suivantes: 78 personnes subissent des modifications de contrat de travail et ont le choix entre suivre l' activité de certaines préparations magistrales qui changent d’établissement en modifiant leur localisation géographique ou changer de métier et 38 postes sont supprimés quoique leur impact soit modéré par la création de 18 postes.
Cet accord comporte des mesures d’accompagnement pour les modifications de contrat et pour les suppressions de postes de 2017 à 2019 qui concernent surtout le personnel d’encadrement .

La CFE-CGC d’Arc France salue les efforts massifs des salariés, ouvriers agent de maitrise et cadres et se réjouit que les fours tournent désormais à plein régime dans l’entreprise et que la fabrication du verre opale soit saturée.
En revanche, elle regrette que la baisse sensible des prix, nécessaire pour pénétrer de nouveau le marché, ait annulé la quasi- totalité des gains de productivité d’Arc France et que la modernisation du site ainsi que l’automatisation de l’emballage n’aient pas été réalisées. De ce fait, les coûts de fabrication d’Arc sont supérieurs à l’attendu.
Arc doit emprunter via des fonds souverains russes à des taux usuriers ! sans pouvoir bénéficier de la totalité des sommes nécessaires!

  • Apex
  • GROUPE WYV
  • AESIO rvb
  • NEW LOGO OCIRP
  • Logo apgis