22 Septembre 2014 - Joint-Venture Solvay- Invista : La CFE-CGC craint des suppressions d'emplois

Cela fait plusieurs années que la CFE-CGC attendait un ballon d'oxygène sur le site de Chalampé ( un millier d'emplois dans le Haut-Rhin) et c'est avec une certaine satisfaction qu'elle a appris en début d'année 2014 qu'un investissement de plusieurs millions d'euros allait être réalisé sur place, après un accord entre SOLVAY ( 6500 salariés en France) et Invista. Mais cette satisfaction a laissé place rapidement à une espèce de doute. Car une des conditions de cet investissement a été le transfert au 1er octobre 2014 des 304 salariés de Rhodia qui exploitaient Butachimie.

 


Au 1er octobre les 305 salariés SOLVAY qui exploitaient les installations de la Joint Venture Butachimie deviendront salariés de Butachimie, avec un nouveau contrat de travail qui garantira le maintien des rémunérations et les avantages sociaux. La société Butachimie aura son propre directeur, ses responsables RH, laboratoire, etc... Le service sécurité (pompiers, infirmerie) et les Services Généraux (utilités telles vapeur, eau, azote, ) de SOLVAY factureront leurs prestations à l'usine Butachimie qui reste pour l'instant une JV Solvay / invista à 50/50 comme c'est le cas depuis sa création.
Parallèlement, ce qu'il reste du site de Chalampé pourrait désormais accueillir d'autres activités, ce qui laisse les 691 salariés Rhodia perplexes. Le site de Chalampé, classé Seveso 2, a acquis depuis peu le statut de « Plateforme d'activité économique » ce qui lui permet de proposer à d'autres entreprises de s'implanter sur son sol, en bénéficiant des infrastructures existantes. Ces changements récents laissent présager des transformations du site.
La CFE-CGC s'interroge sur de potentielles fermetures d'ateliers à terme, avec des reclassements dans de nouvelles entreprises attirées sur la « Plateforme d'activité économique » nouvellement créée.

 

  • Apex
  • INPC