30 Octobre 2014 - Sanofi : le départ sanction de Christopher Viehbacher conforte la CFE-CGC dans sa position sur le basculement du coeur du groupe vers les Etats-Unis.

Le départ-sanction de Christopher Viehbacher à la tête de Sanofi vient conforter la CFE-CGC dans une position qu'elle avait adoptée depuis longtemps dans ce groupe.

Déjà il y a cinq ans , la CFE-CGC Chimie avait mis en avant l'indépendance de la France et de l'Europe pour le médicament et la recherche pharmaceutique et elle avait pointé chez Sanofi les centaines de suppressions d'emplois de chercheurs en France et en Europe.

 

En 2009, elle avait écrit une lettre d'alerte aux députés intitulée: "Défense de l'emploi dans l'industrie pharmaceutique française et européenne afin de préserver la souveraineté territoriale dans le domaine de la santé".
Le 30 juin dernier, elle s'était inquiétée encore dans un communiqué du "pire pour Sanofi", constatant que toute la gouvernance et le siège social du groupe pharmaceutique s'installaient à Boston, avec à la clef une "réduction drastique des effectifs et des budgets de la recherche et développement en France".

Aujourd'hui , la CFE-CGC Chimie apprécie d'être rejointe, même si c'est tardivement, par une partie du Conseil d'administration du groupe. Comme les administrateurs, le management n'avait pas été consulté sur la stratégie et le changement , mais en plus on lui demandait d'appliquer cette stratégie qu'il avait du mal à accepter et comprendre.

La CFE-CGC persiste à penser qu'une autre stratégie est possible sur le plan social et industriel en France et en Europe .

  • Apex
  • GROUPE WYV
  • AESIO rvb
  • NEW LOGO OCIRP
  • Logo apgis