13 novembre 2014 - Arc International: la CFE-CGC est scandalisée que la BERD (Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement) aide un concurrent turc

La CFE-CGC est scandalisée de constater qu'une entreprise française comme Arc International en quête d'une recapitalisation, recherche désespérément une solution alors que la BERD prend une participation de 125 millions d'euros, chez son concurrent turc direct, Pasabahce.
Le soutien financier de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement apparait d'autant plus comme une trahison, qu'une des options de sauvetage d'Arc International par des fonds d'investissement américain est conditionnée à des centaines de suppressions d'emplois.

 

Selon la presse, la première option est conditionnée à un classement amiante du site avec plus de 2000 suppressions d'emplois payées par les contribuables, la deuxième vient d'un investisseur qui ne conditionne pas la reprise à un classement amiante du site mais qui mettrait en œuvre un plan industriel et social supprimant plusieurs centaines d'emplois.

Que vont penser les salariés français d'Arc International en apprenant ce soutien financier attribué à une société soumise à des règles sociales très inférieures à celles ambitionnées par l'Union Européenne, sur un marché largement en surcapacité. L'essentiel de la production turque est exportée sur les marchés d'Arc International et d'autres verriers installés en Europe de l'Ouest . Contrairement à ce qui est noté, ce marché n'est pas à la hausse. En conséquence la croissance des uns ne peut se faire que par la décroissance des autres.

N'y a t'il pas dans les instances européennes des gens suffisamment au fait des difficultés de nos entreprises pour ne pas y avoir empêché cette opération et alerter nos commissaires européens sur les conséquences globalement dommageables pour l'emploi en Europe?
Les autres pays européens, qui ont également des entreprises verrières ont-ils cautionné cet investissement ?
Dans le titre " reconstruction et développement" contenu dans les initiales de la BERD, le citoyen européen pouvait espérer une aide et une assistance pour permettre aux entreprises européennes d'affronter des problèmes conjoncturels.
Or, il semble que la BERD se conduise comme n'importe quelle banque d'affaire, en choisissant le meilleur retour sur investissements . Ce faisant, elle fausse la concurrence et encourage le moins-disant social. Elle concourt à la destruction des emplois en France et en Europe de l'ouest. Comment faire accepter l'idée d'une Europe aussi pleine de contradictions et qui travaillerait à la destruction de son socle historique?

  • Apex
  • GROUPE WYV
  • AESIO rvb
  • NEW LOGO OCIRP
  • Logo apgis