24 Février 2015 - Tioxide : la CFE-CGC obtient un accord de méthode sur le PSE en intersyndicale et le paiement des jours de grève.

Après l'annonce de 160 suppressions d'emplois l'été prochain sur 260 salariés à l'usine chimique Tioxide de Calais ( groupe Huntsman) et une grève de six jours, l'intersyndicale de Tioxide (Unsa-CFE-CGC-CGT) a signé un protocole de fin de conflit et redemarré l'activité le 19 février dernier.

 

 

L'intersyndicale a obtenu la mise en place d'un accord de méthode, permettant de travailler sur les conditions du plan de sauvegarde de l'emploi à venir et le paiement des jours de grève. Un CE exceptionnel a lieu aujourd'hui à 9 heures : il portera sur le développement, le projet de plan de sauvegarde de l'emploi et la stratégie de l'entreprise. De leur côté, l'ensemble des salariés souhaite savoir le plus rapidement possible le montant des indemnités de licenciement pour démarrer une nouvelle vie professionnelle.

Parallèlement à ce PSE, la CFE-CGC n'abandonne pas l'idée d'un repreneur, car elle craint une fermeture totale de l'établissement d'ici un à quatre ans. Lors d'un rendez-vous avec la sous-préfecture de Calais et en présence des autres syndicats, elle a fait une présentation de l'usine et elle a argumenté pour la recherche d'un repreneur afin de maintenir l'activité complète ou partielle du site.

La CFE-CGC a fait en outre des propositions de reprise par des fabricants chinois de pigment de titane pour sauvegarder un maximum d'emplois. A défaut la reprise des unités de fabrication des fertilisants par un fabricant spécialisé permettrait de sauvegarder à terme une vingtaine d'emplois.

Elle sait qu'en mars prochain il y aura une réunion entre le PDG du Groupe, Peter Huntsman et le ministre Emmanuel Macron, pour discuter de l'avenir de ce site et des emplois associés, d'autant que la Région doit débourser 14 millions d'euros pour déplacer dans le nouveau port de Calais un émissaire en mer des effluents de Tioxide.

  • Apex
  • INPC