26 Février 2015 - La CFE-CGC Sanofi-Aventis R&D souhaite un changement de stratégie en R&D en France avec l’arrivée du nouveau DG.

Hier, la CFE-CGC SARD a regretté l' échec des négociations entre la direction de Sanofi SARD et toutes les organisations syndicales sur le projet de cession ainsi que les modalités d'accompagnement des deux plateformes Toulousaine (Scientifique et Technologie) SANOFI vers EVOTEC.

 

Elle a interpellé les dirigeants de Sanofi de la société avec les autres organisations syndicales pour leur transmettre ce message:

" Une prime de bienvenue de quatre millions d'euros pour le futur directeur Général du groupe Sanofi, alors qu'il n'est même pas arrivé . Dans le même temps des miettes pour les salariés Toulousains. Ceux-ci sont bradés à une société tierce pour travailler en sous-traitance pour la recherche de Sanofi-Aventis.
Pour rappel, le Plavix, médicament phare de Sanofi est issu du site de Toulouse. L'implication des salariés du site de Toulouse pour construire un avenir à ce site, n'est plus à démontrer.
La troisième réunion de négociation sur les modalités d'accompagnement de la cession des plateformes scientifiques du site de Toulouse, se termine par un désaccord total entre les Organisations syndicales CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT et SUD chimie et la direction de sanofi-Aventis R&D .
Les organisations syndicales refusent une fois de plus le mépris de Sanofi pour ses salariés et condamnent la stratégie de désengagement dans sa recherche interne".

Aujourd'hui, les organisations syndicales de la R&D attendent avec l'arrivée d'Olivier Baudricourt une autre stratégie que celle jusqu'à présent pratiquée.

Dans la cession qui se profile, la CFE-CGC a toujours été ouverte au dialogue social et a toujours privilégié une bonne négociation, plutôt qu'un mauvais conflit.
Elle aurait souhaité que la société SANOFI prenne en compte sa revendication d'une prime supplémentaire abondable de 20 000€ par salarié "cédé" dans le plan d'accompagnement (celle-ci ne ferait pas jurisprudence vu la spécificité du contexte toulousain).
Cette prime permettrait à la société Sanofi de montrer ses valeurs d'entreprise responsable lorsqu'elle cède une entité à un tiers. Pour Les salariés Toulousains cet acte permettrait de tourner la page sur ces trois années éprouvantes et de s'investir efficacement dans leur nouvelle société.

Pour la CFE-CGC, cette proposition permettrait une sortie de cette situation de blocage par le Haut. La CFE-CGC SARD est dans l'attente de réouverture de négociations sur le sujet avec un projet amendé.

  • Apex
  • GROUPE WYV
  • AESIO rvb
  • Logo apgis