27 mai 2015 - PLASTURGIE - Pacte de responsabilité et de solidarité la Fédération de la Plasturgie ne veut pas d'accord de branche.

La CFE-CGC a fait son possible pour négocier un accord de branche dans la plasturgie, proposant d'explorer plusieurs pistes allant de la formation (apprentissage) à l'encouragement du temps partiel choisi pour à la fois concilier vie professionnelle et personnelle, développer l'emploi et offrir encore plus de souplesse aux entreprises, en utilisant une partie seulement des 380 millions d'euros de crédit d'impôt dont les entreprises de cette branche vont profiter annuellement à horizon 2020 (200 millions d'euros en 2015).

Peine perdue, car la fédération de la plasturgie refuse qu'un seul centime de ce crédit d'impôt soit mobilisé pour une action de branche : elle a confirmé en commission mixte paritaire le 20 mai dernier que la totalité des sommes libérées par le crédit d'impôt seront laissées à la main des employeurs. Pour quoi faire ?

La présidente de la fédération de la plasturgie récemment réélue, ne participe plus aux négociations en commission mixte paritaire depuis 3 ans, abandonnant aux salariés de la fédération ou à un DRH d'entreprise le soin de négocier avec les élus syndicaux.
N'est-il pas temps que les représentants patronaux investissent à nouveau le champ du dialogue social ?

 

  • Apex
  • INPC