1er Juin 2015 - Michelin Roanne: la CFE-CGC accepte une profonde transformation du travail et une baisse de l'effectif contre un investissement en faveur de l'emploi

Un accord appelé pacte d'avenir a été signé le 19 mai dernier à l'usine Michelin de Roanne (840 salariés, dont 774 ETP) par la CFE-CGC et deux autres organisations syndicales après un an de réflexion conjointe entre direction et syndicats sur le sauvetage du site . Cet accord comporte 3 phases. Il vient mettre un terme , que la CFE-CGC espère définitif, à la longue spirale des suppressions d'activité industrielle en France amorcée il y a 15 ans dans le groupe. Il montre un chemin qui passe par le dialogue pour dépasser des mots qui font peur : flexibilité, productivité. Il prévoit un plan de transformation qui modifie en profondeur le positionnement stratégique du site de Roanne et lui offre une réelle perspective de pérennité.

D'un côté Michelin investit 80M€ pour monter en gamme et produire avec un nouveau procédé de fabrication des pneus tourisme ultra haute performance. D'un autre côté, les représentants du personnel acceptent une modification de l'organisation du travail sur le site pour améliorer la productivité et pouvoir s'adapter aux fluctuations rapides de ce marché (passage d'un horaire 4x8 à un horaire 5x8 avec 16 jours de flexibilité annuels). Les salariés du site ont été étroitement associés aux réflexions et cette organisation fait l'objet d'un large consensus. Les représentants du personnel acceptent également une baisse de l'effectif de 50 personnes sur un horizon de temps qui permet de la gérer par non remplacement des départs en retraite.(environ 160 départs en retraite compensés en partie de nouvelles embauches portant l'effectif à 720 ETP).
La CFE-CGC croit, comme le patron de Michelin, qu'il y a un avenir pour la production de pneus en France.
Ce challenge ambitieux doit faire de Roanne un site d'excellence de la production de pneus ultra haute performance en France, aux côtés de l'usine des Gravanches à Clermont Ferrand, également positionnée sur le même créneau. La signature de ce pacte ouvre des portes qui étaient destinées à se fermer rapidement, mais le plus dur commence maintenant : les salariés vont devoir rapidement maîtriser de nouveaux produits, de nouvelles machines, de nouveaux métiers et de nouvelles organisations.
D'autres discussions du même type sont en cours dans 2 autres sites Michelin en France : pour l'activité rechapage poids lourd dans l'usine de La Combaude à Clermont Ferrand et à l'usine de La Roche sur Yon, retenue pour une augmentation de capacité de production destinée à en faire à l'horizon 2020 l'un des sites majeurs de la production de pneus poids lourd Michelin en Europe.

 

  • Apex
  • GROUPE WYV
  • AESIO rvb