14 Septembre 2015 - Lilly France S.A.S : la CFE-CGC souhaite un accompagnement des salariés pour l'après PSE

La direction de Lilly France  a présenté aux partenaires sociaux, le bilan des deux premières phases du PSE qui touche la visite médicale.

136 délégués médicaux, 13 directeurs régionaux et un directeur de réseau ont bien voulu être volontaires pour quitter l'entreprise. Ils partiront en octobre en emploi salarié, en création d'entreprise, en reconversion ou en transition de fin de carrière.

150 autres délégués médicaux et 18 directeurs régionaux resteront dans l'entreprise, répartis dans les six réseaux nouvellement créés : médecine générale, cardiologie & système nerveux central, oncologie, diabétologie, urologie & endopédiatrie et rhumatologie.

A ce jour, ils sont 55 délégués médicaux et directeurs régionaux à avoir refusé leur proposition de poste ou à ne pas avoir reçu de proposition de repositionnement, du fait de la taille parfois gigantesque des secteurs proposés ou du déménagement de région que cela imposait.

La troisième phase de reclassement interne s'adresse à eux et commencera le 14 septembre 2015.
La direction essayera de leur proposer les derniers postes disponibles de la nouvelle organisation mais la CFE-CGC reste préoccupée, et l'a fait savoir à la direction de Lilly France, par cet exercice difficile qui ne permettra pas de satisfaire au final tous les collaborateurs mis de côté. Le risque d'avoir des licenciements contraints n'est donc pas exclu par la direction de Lilly France.

La CFE-CGC estime que les conditions de départ des salariés volontaires sont plutôt satisfaisantes mais que le gâchis humain généré par les départs sera difficile à porter pour tous ceux qui restent. Elle attend des efforts de la direction sur la formation, l'accompagnement, l'adaptation des salariés qui restent pour remettre en route la force de vente de l'entreprise après ce choc.

  • Apex
  • INPC