Octobre 2014 - Projet Leonardo

Capture logo leonardo2

 

Les 11 et 12 septembre ont eu lieu à Mayence la 5ème réunion du projet Leonardo.

Rappelons que ce projet qui a démarré en septembre 2013, soutenu par la Commission européenne et par l'agence Europe-Education-Formation-France a pour objectif d'améliorer le place des femmes dans l'industrie chimique en Europe.

Les 4 premières réunions (Cologne en septembre, Paris en décembre, Londres en mars et Göteborg en juin) ont permis de dresser un premier portrait de la situation dans chacun des pays grâce à l'interview d'une dizaine de femmes leader et à l'analyse de données chiffrées pour chaque pays.

Lors de cette 5ème réunion qui nous a permis de nous familiariser avec la situation en Allemagne. Statistique à l'appui, il est apparu qu'il était à la fois compliqué et « mal vu » pour une femme de travailler à temps complet après avoir eu un enfant. Ce qui est extrêmement paradoxal car, si les allemandes font plus d'études que leurs maris, elles sont cependant censés s'arrêter de travailler pour s'occuper des enfants (et des parents âgés). Il existe un jardin d'enfants en Allemagne à partir de 3 ans, mais il est compliqué de faire garder son enfant à temps complet et rien n'est prévu pour accueillir les enfants après l'école. Notons que la situation et la culture sont très différentes entre l'ancienne Allemagne de l'Est, où les femmes travaillent davantage et l'ancienne Allemagne de l'Ouest.

Les femmes que nous avons rencontrées aiment leur travail et ont du faire des choix de vie très différents pour pouvoir continuer à exercer. Après sa maternité, une femme médecin, passionnée des urgences a dû arrêter son travail à l'hôpital pour accepter de devenir médecin de travail à temps partiel. Heureusement, elle a su faire sa place dans l'entreprise et apporter des changements majeurs pour la santé des salariés. Une autre cadre dirigeante nous a avoué avoir très peu vu grandir de ses enfants qui ont majoritairement été élevés par son mari. Une troisième a fait le choix de ne pas avoir d'enfant afin de pouvoir continuer sa carrière. Il semble compliqué en Allemagne de concilier carrière et maternité.

Une once d'espoir ? Peut-être, car la population allemande est vieillissante et son taux de fécondité l'un des plus bas d'Europe. Permettre aux femmes d'avoir des enfants tout en continuant à mener une carrière va devenir un enjeu majeur dans les prochaines années et les pouvoirs publics en ont pris conscience. Les entreprises allemandes peuvent de moins en moins se passer des savoirs et des compétences féminines. Par manque de main d'œuvre, les allemandes vont-elles devenir des hommes comme les autres ?

La prochaine réunion aura lieu à Paris les 15 décembre. Nous aurons à cette occasion l'opportunité d'interviewer des femmes managers qui nous l'espérons nous livrerons leurs secrets de la réussite en France.

Si vous souhaitez participer à l'enquête française, demander le questionnaire au secrétariat de la fédération : secretariat@cfecgc-chimie.org

  • Apex
  • INPC