Le premier Conseil d'Administration de l'OPCA DEFI s'est tenu le 5 janvier 2012. Il fut l'occasion d'une âpre discussion pour préserver le préciput que les nouvelles dispositions légales assorties aux appétits patronaux menaçaient d'amputer de façon dramatique en diminuant le pourcentage des prélèvements opérés désormais sur les décaissements, et non plus sur la collecte, et en excluant les versements volontaire de l'assiette de son calcul.

La COM (Convention d'Objectifs et de moyen) a été signée avec le Ministère en février.

Depuis le début de l'année, les réunions paritaires ont essentiellement traité du futur accord formation de la Plasturgie qui devrait probablement aboutir à une signature avant le mois de juin. Nous travaillons dans le même temps à une nouvelle définition des CQP de la Plasturgie.

Les discussions sur la pénibilité sont demeurées infructueuses.

L'autre sujet porte sur la négociation d'un accord de mise en place d'une prévoyance pour la branche.

Nous en sommes au stade de l'appel d'offre à laquelle ont répondu 8 organismes. L'analyse des dossiers d'offre a déjà justifié une première réunion technique début mars. L'étape suivante consistera à la présentation des dossiers par les candidats.

Le principal motif de désaccord possible que nous identifions tient au fait que les patrons n'envisagent pas que l'accord prenne une autre forme que celle d'une recommandation alors que les OSS exigent une désignation.

En fin d'année dernière, le syndicat patronale ELIPSO (Entreprises de l'emballage Plastique et souple) s'est séparé de la Fédération de la Plasturgie dont il était le deuxième adhérent en importance.

Cet évènement a fragilisé l'organisation patronale qui reste la seule représentative au niveau nationale.

Il semble également avoir motivé la fédération de la plasturgie à négocier sur le financement du paritarisme, négociation que nous avions appelée de nos vœux sans succès jusqu'alors...

ELIPSO qui est un syndicat national, ne semble pas avoir entrepris de démarche visant à faire reconnaître sa représentativité.