Secteur Caoutchouc

Le secteur du Caoutchouc


Pourquoi la branche s’est-elle constituée et comment se définit-elle ? :

Le métier du caoutchouc (nouveau matériau extraordinaire en 1850) était lié à des machines particulières comme les mélangeurs à cylindre et les autoclaves à vapeur. Quelques gros industriels se sont développés : MICHELIN, HUTCHINSON, GOODYEAR.

Comment décrire la branche ?

Utilité concernant l’employabilité :

  • En définissant une hiérarchie de classification adaptée.
  • En rendant attractif les métiers du caoutchouc par des compensations à ses cotés pénibles.
  • En favorisant le dialogue entre les entreprises et en mutualisant les moyens de formation.

Utilité concernant les TPE : Référentiel commun en retrait par rapport aux grandes entreprises.

Positions de la CFE-CGC CHIMIE :

Les procédures d’extension et d’élargissement permettent de prendre du recul après une négociation. L’extension fait avancer tout le caoutchouc d’un même pas (même lentement).

Les paritaires mixtes manquent de pouvoir et n’ont pu empêcher la dérive dramatique des salaires minima (25 % en dessous de la Chimie pour les coefficients encadrement) et la perte de toute hiérarchisation pour les bas coefficients.

Quelles perspectives pour la branche à moyen terme ? :

  • Le matériau caoutchouc évolue et se retrouve maintenant dans la palette des matériaux macromoléculaires dont une partie est plastique.
  • Les procédés d’injection et d’extrusion sont maintenant communs à la plasturgie et au caoutchouc.
  • La taille de la branche est en diminution constante.

Pistes de réflexions :

  • Une branche sans observatoire, ni structure de collecte des données est inefficace.
  • Un droit syndical adapté au 3° millénaire est également nécessaire.
  • Le dialogue avec les écoles (IFOCA) et la recherche (ELASTOPOLE) doit avoir une place.
  • Le risque de perte des acquis implique un accord cadre national si l’on veut un caractère loyal et sérieux au dialogue.
  • Apex
  • INPC