17 Juillet 2014 - Branche Chimie : Le pacte insuffisamment responsable pour la CFE-CGC

Le compte n'y est pas pour la CFE-CGC Chimie dans le projet d'accord pour l'emploi proposé à la signature par la chambre patronale de la Chimie.

La CFE-CGC Chimie aurait pu comprendre qu'il soit difficile de s'engager au niveau d'une branche professionnelle sur un niveau d'emploi : ce sont les entreprises qui embauchent ! C'est pourquoi elle avait proposé lors des négociations d'intégrer d'autres éléments incontournables pour la compétitivité des entreprises, leurs développements, et par conséquence un effet positif sur l'emploi. Rien n'a été retenu concernant les investissements, la R&D, le partage de la valeur ajoutée, les systèmes de classification et de rémunération, le dialogue social...

 

Un des rares points positifs de ce texte est l'affichage de la volonté de faire de l'apprentissage une politique de formation en portant à 5000 d'ici 2017 le nombre de jeunes en alternance dans la branche.
Le niveau de recrutement de 47 000 CDD ou CDI sur la période 2015-2017 ne correspond qu'au prolongement " du volume de recrutements constatés sur les deux dernières années". L'accord n'améliore rien et ne s'engage sur rien !

Echaudée par les retours de ses militants sur l'utilisation de l'argent du CICE, la CFE-CGC Chimie ne veut pas signer un nouveau chèque en blanc. Il serait intolérable de constater que l'argent du contribuable, que la pressurisation fiscale des classes moyennes, servent à permettre aux entreprises de la chimie d'augmenter les investissements en dehors du territoire, voire pire de mieux rémunérer les détenteurs du capital. L'accord n'apporte aucune garantie sur ces points.

La CFE-CGC Chimie a encore en mémoire la discordance entre le discours patronal de la restauration pour obtenir une baisse de TVA et le résultat réel sur l'emploi. Cette fois-ci, la CFE-CGC Chimie ne veut pas payer la note sans avoir obtenu et vérifié l'addition.

  • Apex
  • INPC