19 Mars 2018 - L’UIC remet en cause la convention collective ( CCNIC) de la Chimie

C’est fait. Après 3 années de négociation pour rédiger une convention moderne et attractive, l’UIC balaye d’un revers de la main le fondement même de l’existence de la branche en avouant en plénière le 15 mars ne plus vouloir être le garant de minima sur les primes et l'ancienneté.

Elle accepte que les entreprises dérogent aux accords de notre convention collective nationale des industries chimiques (CCNIC) qui doit rester le socle minimum pour tous les salariés de la Chimie.

Comment accepter la mise en place d'une concurrence déloyale entre les entreprises ?

Cet aveu était attendu depuis octobre 2017, l'intersyndicale CFE-CGC, FO et CGT craignant cette prise de position politique de la part de l'UIC. Malheureusement, des entreprises ont déjà commencé à dénoncer l'application de l'ancienneté pour les nouveaux embauchés. Les enjeux pour ces jeunes travailleurs, ou nouveaux arrivants dans la chimie sont de plusieurs centaines d'euros par mois à terme.

Comment attirer les talents dans ces conditions ?

Les accords de branche doivent rester attractifs pour que les salariés viennent contribuer au développement de nos métiers qui se portent bien.

Si la CFE-CGC reste attachée au compromis lors des négociations, elle refuse la compromission et réitère sa demande d'un retour à la table de vraies négociations.

  • Apex
  • GROUPE WYV
  • AESIO rvb