Avril 2013 - Négociations en cours

Blocage de négociation sous le contrôle de deux grands groupes, Arc International et Saint Gobain.

Salaire : proposition à 1,2 % si signature dans un contexte où c'est 0 %à Arc pour tout le monde et 0 % à Saint Gobain pour les cadres et austérité pour les autres.

La CFE-CGC aurait été plutôt signataire, les réels étant aujourd'hui poussés par les minima de branche, position pragmatique.

Les autres organisations syndicales étant contre, tant pour le montant insuffisant que pour le principe. Après une intersyndicale et une réunion émaillée de suspensions de séance, les OS ont
décidé de ne pas signer. Après réflexion, les 5 organisations syndicales vont demander une paritaire mixte pour revenir à une formule de calcul entre le coefficient et le salaire minimum du coefficient.

Pour mémoire nous sommes confrontés en négociation salaire de branche à 3 logiques différentes :

- La logique des grilles Parodi d'après-guerre où le coefficient (et la rémunération associée) est proportionnel à la compétence et à la formation, avec un salaire base 100 supérieur au SMIC.

- La logique d'un SMIC permettant un niveau de vie décent (avec tout l'aspect subjectif de ce que peut recouvrir le mot décent) ayant entrainé une très forte hausse du SMIC qui a nivelé le bas de
grille et pose le problème de l'accès à l'emploi des moins qualifiés.

- La logique du prix de marché, utilisée en particulier pour comparer les rémunérations des cadres (méthode Hay)

Ceci explique que , plus le temps passe, plus il est difficile de revenir à une formule de calcul.

 

  • Apex
  • INPC