COMPTE RENDU de la COMMISSION MIXTE PARITAIRE PLASTURGIE du 25 mai 2011.

Présents :  Christine Sorensen, Christophe Coquelet, Didier Larrieu, Gérard Lepierres & Sylvain Dido.

Ordre du jour : Salaires 2011 ; Pénibilité ; Séniors ; Contrat de professionnalisation

Salaires 2011 … ou les petits pas… sur place.

En début de séance, la délégation patronale distribue la copie d’une page de pub passée dans le Figaro qui accuse certains chimistes de créer une pénurie de matières premières pour en faire grimper les prix, mettant ainsi en péril toute une branche professionnelle.

Les OSS ont dans l’ensemble jugé malheureuse cette initiative qui consiste à accuser publiquement une autre branche professionnelle d’être responsable des difficultés de nos entreprises en soulignant que les représentants patronaux de ses deux branches adhèrent au MEDEF, organisation au sein de laquelle elles pourraient discuter de leurs problèmes.

Nous regrettons par ailleurs que ce constat alarmiste et récurent sur le coût des matières premières soit perpétuellement ravivé au moment où nous devons négocier le niveau des minima de la branche, comme pour nous préparer à voir de nouveau nos salaires servir de variable d’ajustement.

La Fédération de la Plasturgie avait également communiqué quelques chiffres censés nous renseigner sur la santé de la branche : (CA, nb de salariés, coûts matière…). Nous regrettons toutefois que des éléments indispensables pour juger objectivement de cette santé - résultats, les coûts de main d’œuvre, la valeur ajoutée…- ne soient  pas communiqués.


Le porte-parole de la délégation Patronale, présente également un rapide bilan des groupes de travail sur la politique de rémunération de la branche pour affirmer que l’organisation patronale accepte de prendre en compte le souhait des OSS d’éviter les accords fourre-tout. En échange, la fédération de la Plasturgie attend que les OSS « sachent »  traiter les sujets indépendamment les uns des autres, faisant ainsi allusion au blocage provoqué par la stagnation des négociations sur les salaires. La fédération de la Plasturgie accepte aussi de différencier la structure des salaires et l’évolution de la grille, en espérant une ouverture des OSS sur la question des forfaits en jours pour les cadres.

Dans un futur groupe de travail qui serait réuni le 11 juillet, la délégation patronale souhaiterait aborder la question du nombre de coefficients de la grille, celle des écarts entre les coefficients, pour convenir ensuite de règles d’évolutions des minima et du maintien de l’évolution dans le temps pour préserver la cohérence de la grille.

La nouvelle proposition patronale pour réviser la grille :

La fédération de la Plasturgie retire de la négociation sur les salaires l’hypothèse de la mise en place d’une prévoyance qu’elle voudra bien traiter séparément. Nous avions notamment fait savoir que nous ne souhaitions pas troquer la révision des minima contre la mise en place d’une prévoyance qui existe déjà dans de nombreuses entreprises.

Elle propose d’augmenter de 1,5% des minima au 1er janvier 2012 en prolongeant la possibilité de pratiquer l’abattement sur le salaire des cadres débutants pour un an.

L’abattement pour cadre débutant réuni l’unanimité contre lui.

L’ensemble des OSS analyse également que bien qu’elle ait reconnu l’accumulation d’un retard dans l’évolution de la grille qu’il conviendrait de combler, la délégation patronale s’apprête à faire de 2011 une nouvelle année blanche, ce qui est inacceptable.

Nos collègues de FO insistent sur le tassement entre les 3 premiers coefficients, nous obligeant à souligner que plus on monte dans la hiérarchie, plus le tassement est important ; Les minima des coefficients de l’encadrement ne connaissant depuis 2006 que des révisions qui ne compensent jamais l’inflation (+1,85% le dernier accord.).

Nous demandons qu’un effort soit fait pour montrer la volonté d’« ouvrir » l’éventail de la grille pour commencer à compenser le tassement constaté.

Au retour d’une brève suspension de séance, la délégation patronale se défend de ne produire qu’une proposition de pure forme.

Après avoir justifié le délai d’application de l’augmentation proposé (janvier 2012) par le fait que les entreprises ont arrêté leur budget 2011, la délégation patronale propose à présent d’appliquer en novembre 2011 une augmentation de 2% pour les 3 premiers coefficients de la grille et de 1,5% pour les autres, en accédant à la demande de FO et CFDT de traiter dans un accord séparé la question de l’ancienneté ( ?) L’abattement pour les jeunes cadres serait toujours d’actualité.

Nous regrettons vivement que cette nouvelle proposition qui coure techniquement après les augmentations du SMIC en en limitant la répercussion le plus possible sur la grille semble afficher un mépris des coefficients 800 à 940. Cette politique est incompréhensible quand la branche se plaint par ailleurs de peiner à attirer les salariés très qualifiés.

FO réclame une application immédiate et ne veut pas anticiper sur 2012. L’organisation manifeste sa satisfaction de voir traiter la prime d’ancienneté séparément à insistant néanmoins sur le fait que le tassement  des 3 premiers coefficients n’est pas corrigé..

La CGT est également contente de voir traiter séparément la prime d’ancienneté, mais juge inacceptable les 2% proposés en dénonçant à nouveau le tassement de la grille.

La CFDT  est satisfaite du geste sur la prime d’ancienneté mais elle juge insuffisante l’augmentation en proposant d’appliquer une augmentation de 2% au premier juillet + 1% en octobre.

La  CFTC déclare vouloir négocier les salaires 2011, mais pas 2012, en ajoutant que 2% pour 2011 lui irait bien.

La délégation patronale juge utile de rappeler que 10% des conventions collectives ont au moins un coefficient en dessous du SMIC, et que la loi ne fait pas obligation à situer tous les minima au dessus de ce plancher.

Elle estime par ailleurs que 2 voies restent à explorer, selon elle, pour trouver un accord : la date d’application et le contexte … (niveau de l’inflation…)

La présidente de la CMP s’interroge sur le partage de la Valeur ajoutée, rappelant que le gouvernement a envisagé « la prime de 1000€ »… et l’augmentation du SMIC.

Elle attend toujours d’entendre la fédération patronale sur la politique sociale qu’elle souhaite mener en invitant la délégation patronale à penser à l’image pour la branche.

Elle rappelle que l’augmentation de décembre 2010 ne concernait pas la NAO 2011, ce que dénie à présent une partie de la délégation Patronale, nous obligeant ainsi à renvoyer nos interlocuteurs à la lecture de l’accord qu’ils ont signé dans lequel nous avions pris soin de stipuler ce que nous craignions alors de voir contester aujourd’hui.

La présidente déplore également qu’à ne parler que « salaires », les négociations ignorent les autres sujets : séniors, contrats de pro, pénibilité…

Elle souligne enfin qu’un accord négocié aujourd’hui doit concerner la NAO 2011 en rappelant que 2009 avait été une année blanche.

Nous précisons alors que 2005 et 2007 furent aussi des  années blanches et que le tassement de la grille a commencé en 2006.

Enfin nous déclarons que la proposition de CFDT pourrait constituer une base acceptable si la Fédération de la plasturgie  donne des signes de correction du tassement, principe sur lequel la délégation patronale ne semble pas vouloir s’engager.

La séance est close et l’examen des autres sujets inscrits à l’ordre du jour reporté.

Prochaine CMP le 28 juin.

Sylvain Dido,

Représentant de Branche

  • Apex
  • GROUPE WYV
  • AESIO rvb
  • Logo apgis