Accueil

Chez Lilly France S.A.S (2000 salariés), la CFE-CGC participe actuellement à la négociation sur la création du comité de groupe Lilly France, sur sa composition et ses attributions.
Le groupe Lilly France (2350 salariés) s'est constitué suite au rachat l'année dernière de Novartis Santé Animale.

Lilly France S.A.S est maintenant actionnaire à 100% de la nouvelle entreprise Lilly Elanco Santé Animale (350 salariés). Ce groupe est donc constitué de deux entreprises dont les sièges sociaux sont situés en région parisienne à Neuilly-sur-Seine et les deux usines en région Grand-Est en Alsace (Fegersheim et Huningue).

La CFE-CGC avec deux autres syndicats et le comité d’entreprise de Pfizer veillent à la mise en place d’une unité économique et sociale qu’ils ont obtenu grâce à un jugement avec exécution provisoire du tribunal d’instance de Paris ( 75014) en octobre dernier. Cette année, lors d’une réunion à l'initiative de la direction, la CFE-CGC ainsi que toutes les instances, concernées par cette mise en place, ont demandé que la nouvelle UES se matérialise par la mise en place d’un comité central d’entreprise et de comités d’établissement, afin que les élus puissent conserver leurs mandats. Mais la direction du groupe temporise. Elle a fait appel du jugement sur l'UES, et elle en attend un nouveau délibéré à partir du 15 mars. prochain.De son côté, la CFE-CGC estime que cette UES apportera plus de visibilité sur l'harmonisation de la politique sociale du groupe ainsi que sur les différentes réorganisations, sachant que 3 PSE ont été lancés dans trois sociétés du groupe Pfizer l’année dernière( Pfizer SAS, PEO et PEH) .

Unilever France est divisé en deux unités: un établissement siège (600 salariés sur le site de Rueil-Malmaison) et un établissement vente ( 300 commerciaux sur la route à travers la France).

La direction a demandé en septembre à la DIRRECTE de statuer sur la fusion des deux établissements et celle-ci vient juste de répondre. Dans sa décision, la DIRRECTE indique que la société Unilever France ne bénéficiera plus que d'un comité d'entreprise, au lieu de deux, mais que les commerciaux et le siège continueront à avoir leurs propres délégués du personnel.

Confrontée au rabotage des instances représentatives, la CFE-CGC a deux mois pour faire appel. Elle cherche à obtenir de la direction une représentation équitable des différentes catégories de personnel, au sein du CHSCT d'Unilever-France

Le 24 janvier dernier, le troisième procès AZF a commencé devant la Cour d’Appel de Paris. Ce procès comporte deux prévenus: le directeur de l’usine Serge BIECHLIN et la société Grande Paroisse.
Ces deux prévenus ont été relaxés à l’issue du premier procès et c’est dans cette situation, qu’ils abordent le troisième procès, alors que l’avocat général a fait appel de leur relaxe.

La préoccupation des anciens salariés et syndiqués CFE-CGC est toujours de trouver une explication technique à la catastrophe AZF, dont la cause est toujours inconnue à ce jour. Les salariés et syndiqués CFE-CGC ont continué à travailler sur l’énigme AZF depuis le début. Et ils ont proposé à la Cour d’Appel de Paris, un scénario qui s’appuie sur la piste d'une explosion souterraine couplée avec l’explosion du dépôt de Nitrate, amorcée par des phénomènes précurseurs électromagnétiques.

En plus de la cession annoncée de son activité Acetow ( acétate de cellulose pour filtres à cigarettes) Solvay veut vendre son activité Performance Polyamide (PePoL) spécialisée dans la production de polyamides Nylon 6.6.
Cette structure emploie 1700 salariés en France sur 3 usines, plus des salariés répartis dans des fonctions support ainsi que dans la recherche et dans l’ingénierie. Ajoutés aux salariés d'Acetow , cela concerne 30% des effectifs en France !

  • Apex
  • Header Logo MMH
  • GROUPE WYV


  • AESIO rvb

  • NEW LOGO OCIRP


  • Logo apgis